CRPE... La date approche.

16 mars 2018


Hello ! J'espère que vous allez bien ! Je reviens vers vous pour parler à nouveau du concours de recrutement de professeur des écoles. Pour celles et ceux qui n'auraient pas suivi, j'ai écrit un premier article à la rentrée de septembre sur le sujet et je souhaitais revenir vers vous pour d'une part vous tenir au courant de mon évolution, et de deux parce que je me sens mieux après avoir tout écrit et partagé avec vous ! Par ici pour lire le premier article.

Maintenant, enfin dirons nous six plus tard, me voilà à moins de trois semaines des premières épreuves écrites. J'ai fait le choix cette année de "réviser moins pour réviser mieux" malgré moi. Quand je dis malgré moi c'est tout simplement que j'étais tellement un tel état de détresse émotionnelle après mon dernier échec que j'avais décidé de ne plus en faire une montagne insurmontable. Le concours n'est pas l'Everest, ce n'est pas non plus la guerre, même s'il est d'une grande difficulté, il est à portée de mains, et je crois que j'ai enfin réussi à me dire qu'il y a beaucoup de choses qui ne sont pas de mon fait, que je ne contrôle absolument pas et que c'était comme ça point final.

Le concours, je le visualise un petit peu comme ça maintenant : 50% de travail disciplinaire et didactique, 20% de chances, 15% de motivation et de mental et 15% de réalité de terrain. Voilà quel schéma je me fais grosso-modo dans ma tête. Je me dis aussi que de bosser comme une acharnée H24 n'est pas une solution pour moi, peut-être qu'elle convient à certains mais pour mon tempérament c'est clairement plus envisageable (oui parce qu'on se dise les choses, j'ai clairement déjà essayé cette solution !). 
Merci à MAICRESSE.FR pour cette illustration trop géniale ! 
Maintenant je me dis aussi que j'ai plus mis du sens dans ce que j'ai appris et j'ai fait un sacré tri ! Bye bye les fiches pour les fiches et bonjour la réalité ! J'ai aussi fait un gros effort et pas des moindres sur deux points qui me semblent maintenant primordiaux :

- se dire qu'on n'est pas parfait et qu'on ne peut pas tout savoir
- se dire qu'on va réussir et se le dire une fois par jour.

C'est une chose qui peut paraître stupide, surtout la seconde, mais j'ai passé, encore récemment, trop de temps à me dire que je n'y arriverais jamais, que je ne décrocherai jamais plus de 10/12/20...etc. Toutes ces choses qui indirectement vont influencer nos démarches. Si je travaille correctement et si je suis quelqu'un de pédagogue alors pourquoi est-ce que je ne mériterai pas un 15 ? C'est cette question que je me pose aujourd'hui. Je sais qu'il reste peu de temps, mais j'ai compris ce détail, si on se voit comme un enseignant maintenant, comme quelqu'un capable de, alors le mental sera près à faire face aux épreuves écrites ou orales, quelle qu’en soit l'issus, c'est 80% du travail qui sera fait.

Les épreuves de mathématiques et de français se dérouleront les 9 et 10 Avril prochain, et seulement 198 postes seront disponibles dans mon académie, contre presque 400 l'an passé et il y a deux ans. Comment vous dire que ce "détail" fait monter mon stress... Donc nous verrons bien ce qui se passera, dans tous les cas je compte enseigner. Je serai je l'espère sous contrat avec l'Education Nationale dans l'ambition d'être titulaire, et sinon je trouverai je l'espère également un poste de contractuel dans le public...ou dans le privé selon les propositions que je trouverai. Cette année, je suis décidé, en septembre 2018 je me trouverai sur les bancs de l'école, non pas en tant qu'assistante pédagogique mais en tant qu'enseignante.

Ces dernières phrases peuvent paraître très surprenantes, mais j'ai confiance en moi sur le plan pédagogique. J'ai eu la chance d'avoir de bons retours et des encouragements de l'équipe dans laquelle je travaille, c'est réellement cela qui m'a aidé à retrouver le mental sur le chemin de la persévérance. Honnêtement, sachez le : l'équipe c'est tout. Plusieurs personnes pourront vous le dire, si vous êtes bien entourée au travail, surtout dans une école, par des enseignants, les personnes que vous voulez devenir, alors je vous assure que c'est une aide et un soutien plus que précieux

Merci de votre soutien à tous, mes collègues, ma famille, mes amies, vous mes fidèles ou même occasionnels lecteurs ! Je tiens également à soutenir mon amie Pauline dans son parcours elle aussi, et toutes les personnes dans n'importe quelle situation similaire, dîtes vous que si vous méritez d'être enseignant et vous le serez un jour. 


A très bientôt, 

Fleur

2 commentaires:

  1. J’essaie de te lire régulièrement et tes articles sont toujours très intéressants et bien construits mais là j’ai envie de te dire bravo pour celui-ci en particulier. Bravo car étant passée par là, il m’a fallu deux échecs pour être dans le même état d’esprit que toi et c’est à partir de ce moment là que j’ai réussi. Tu as raison de te dire que la motivation et l’ambition ont un grand rôle dans notre réussite et moi aussi j’ai fait parti de ceux qui en se regardant dans la glace le matin se disent « je vais y arriver » ou alors « il y a une place pour moi ». Certes il y a moins de postes cette année mais ton envie est tellement grande qu’une partie du combat est gagnée et je pense que tu es sur la voie de la réussite. Alors je te souhaite bon courage pour tes dernières révisions et si tu vas aux oraux, ce que je te souhaite, j’ai un tas de doc qui pourraient t’intéresser ��.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh mais ton commentaire me touche beaucoup ! Je te remercie pour tout ce que tu viens de dire, ça me booste encore plus ! Je te souhaite plein de réussite dans ta vie aussi ! Merci pour ton soutien et tes propositions d'aide ! Je te tiendrais au courant si j'ai la chance d'aller défendre ma place aux oraux !
      Bonne soirée ! <3

      Supprimer