Devenir enseignant, un parcours du combattant ?

4 sept. 2017

Jour de rentrée pour moi et surement pour quelques uns d'entre vous ou déjà au boulot pour certains depuis quelques jours maintenant... C'est un moment particulier la rentrée. C'est toujours à ce moment précis où tu essaies de trouver les meilleures résolutions possibles, les motivations pour tenir les promesses qu'on se fait à soi-même, trouver un beau matériel, et faire une liste de ce qu'on doit accomplir dans l'année... Clairement mes rentrées ont toujours été comme ça, et je dois vous dire que même si j'adore organiser mes rentrées de cette façon, cette année les choses sont différentes et je crois que je vais changer un petit peu les règles de mon jeu. Je veux réellement tenir mes promesses et réussir à gérer stress, concours et vie personnelle. Ce qui est une montagne limite l'Everest à franchir quand on n'a pas les bons outils !

Vous le savez probablement toutes et tous que je me destine au métier de professeur des écoles. Beau métier me direz vous, surtout quand c'est une vocation et qu'on veut exercer cette profession depuis ses 4ans... Mais un peu moins beau quand vous avez réussi à faire un parcours du combattant avec un baccalauréat, une licence et un master mais qu'arrivée au concours de recrutement vous échouez lamentablement trois fois de suite... C'est une chose que je n'ai jamais comprise : réaliser des études assez longues et devoir malgré tout passer un concours qui d'ailleurs n'a aucun sens selon moi (pour les épreuves écrites du moins) et qui est géographiquement inégal. Quand je dis inégal géographiquement parlant, c'est tout simplement que selon la région où vous décidez de passer votre concours (CRPE) les places ne sont pas les mêmes et la moyenne n'est pas la même. Clairement, je n'ai pas choisi la bonne région... Surtout que dans une même région, les départements sont encore très différents pour cette répartition, certains n'attirent personne alors qu'ils sont dans une région très demandée... ce qui est mon cas. La région de Nantes (Pays de Loire) est très demandé à cause de grandes villes présentes mais mon petit département ne fait envie à personne et on manquerait même de professeurs selon ce que j'entend... mais non , c'est la croix et la bannière pour être admissible ! Certains pourront dire que c'est la bureau des pleures ici, c'est sans doute légèrement vrai, mais c'est surtout pour m'exprimer sur ce sujet qui me pèse un peu plus à chaque échec et à chaque rentrée où je dois me remotiver à fond. Je me suis dit que peut-être certaines personnes sont dans mon cas également ou se sentent pareil dans leur voie professionnelle ou scolaire. C'est l'occasion pour moi d'échanger avec vous sur un sujet qui me tient particulièrement à cœur et de vous ouvrir un peu mon cœur et mes pensées.

J'adore l'éducation, les enfants et clairement je ne vois pas faire autre chose, et ce sont toutes ces raisons qui me pousse à continuer dans la persévérance , de rester dans cette voie même si elle me met à rude épreuve. Je crois que ce concours est la chose la plus difficile professionnellement parlant que j'ai eu à affronter pour le moment. Certains en rirons je le sais bien car le concours ne représente pas la même difficulté pour chacun mais me concernant c'est une vraie bataille quotidienne. Devoir s'organiser entre son travail, les sujets de français ou de mathématiques à rendre, les notions à apprendre, les entraînements quotidiens à faire, ne pas culpabiliser si aujourd'hui aucune révision n'a été réalisé... bref un quotidien très électrique et qui peut vite tourner au cauchemar si on ne sait pas comment gérer son organisation ou comment se canaliser. 

Clairement, je ne sais pas encore "bien" gérer ou encore me canaliser correctement. Même après trois tentatives (dont deux pendant mon master ... autant vous dire que de courir deux lièvres à la fois c'est super...) je cherche encore les meilleures façons de gérer mon organisation et de me canaliser pour éviter de devenir une bombe à retardement à cause du stress. J'ai déjà essayé : la danse et les sorties avec les amis ... Hmm comment vous dire que les sorties ... ! J'ai aussi essayé la solution : danse, weekend à tout va pour décompresser et soulageur de maux, malheureusement le stress le jour J est revenu et tout est parti de travers... L'an dernier j'avais un meilleur mental, je me sentais beaucoup mieux, bien préparée avec Forprof mais j'ai loupé malheureusement l'admissibilité de peu... Facteur chance ? Clairement oui. Cette année, j'ai bien envie d'essayer de me canaliser par moi-même et de garder ce bon mental que j'avais acquit l'an dernier. Je songe à continuer mes cours de danse car ils me font le plus grand bien, et commencer un travail de yoga et de sophrologie pour m'aider à gérer mon stress. Je pense le faire depuis chez moi, alors si vous avez de bons conseils, de bonnes vidéos ou encore des livres à me recommander je suis toute ouïe ! Sans oublier un vrai Bullet Journal pour m'aider à m'organiser au quotidien !
Concernant mon travail à côté de ma préparation au concours... Je crois qu'il joue pour beaucoup dans ma motivation. J'ai eu la chance de décrocher un job d'assistante pédagogique au sein d'une école primaire et d'une école maternelle et je suis également animateur sur les temps périscolaire. C'est un réel atout dans la gestion d'un groupe, dans la préparation d'activités mais aussi dans l'apprentissage de certains sujets pour les oraux ! Quand j'ai un coup de blues à cause de mes révisions, je sais que les enfants à l'école me redonneront le sourire ou me feront tout simplement oublier ce mauvais moment pour me redonner envie de faire ce métier. Bien évidemment, il y a des jours où j'aimerai rester chez moi car certains n'ont pas été très sympathique... Mais aucun métier n'est tout rose et je crois que d'être au quotidien avec des enfants fait parti du jeu. Nous avons aussi nos humeurs et qu'on le veuille ou non, elle se voit et nous la transmettons aux enfants qui peuvent se dire "Mais pourquoi je suis pas resté chez moi aujourd'hui, elle est casse-pied la maîtresse !" ! Eh oui je suis certaine que ce genre de pensées traversent adultes comme élèves.

Je suis désolée si cet article n'a pas plu à certaines lectrices ou lecteurs, car ce n'est pas le genre de choses que je fais habituellement, mais j'avais besoin de partager et d'écrire sur ce sujet. N'hésitez pas à me dire en commentaires comment vous avez trouvé cet article ou encore si vous aussi vous avez eu ou vous avez encore des difficultés dans votre voie pro ou scolaire. Je serai ravie de vous lire et de vous répondre.

Je vous embrasse et je vous dit à mercredi 
😘

2 commentaires: